L’une des idées reçues est que les écoliers aient de longues vacances d’été (six semaines pour la plupart des élèves en France) afin qu’ils puissent participer aux travaux des champs pendant l’été. Mais le système scolaire actuel a été développé au cours du 19ème siècle, lorsque les fermes anglaises étaient de plus en plus mécanisées et que l’aide des enfants aux récoltes n’aurait été nécessaire que pour un petit pourcentage de la population. En outre, un bref coup d’œil au calendrier agricole permet de constater qu’un congé qui se termine au début du mois de septembre ne sera pas d’une grande utilité pour la récolte au début de l’automne. Ainsi, quelle que soit l’origine de ces six semaines de congé au cœur de l’été, ce n’est pas pour le bien des agriculteurs. Peut-être s’agissait-il simplement d’être gentil avec les écoliers en leur donnant du temps libre au moment le plus ensoleillé de l’année.

Alors, d’où viennent les vacances d’été et comment a évolué notre idée actuelle de ce que les écoliers devraient faire pendant les mois de juillet et d’août ? Dans cet article, nous examinons cinq points clés de l’histoire des grandes vacances d’été anglaises.

1. Le Moyen Âge : Les fêtes religieuses et les pèlerinages

Vous ne pensez probablement pas que les vacances étaient déjà inventées au Moyen Âge. Dans l’imaginaire populaire, cette époque se résume à des corvées interminables dans une boue improductive, à des prières incessantes et à la mort de tout le monde à l’âge de 30 ans, le tout entrecoupé de guerres et de peste pour faire diversion. Sauf si vous apparteniez à la noblesse, auquel cas il y avait moins de corvées dans la boue, mais plus de coups bas et la possibilité de mourir un peu plus loin de chez soi dans les croisades. Les fêtes traditionnelles, comme Pâques, restent des jours fériés obligatoires sur de nombreux lieux de travail.

Bien que la vie au Moyen Âge n’ait pas beaucoup d’attrait, il y avait plus de vacances que l’on pourrait s’y attendre – et vous en profitiez plus que vous ne le pensez, car les personnes qui survivaient à l’enfance (ce qui n’est pas évident) pouvaient espérer vivre jusqu’à 60 ou 70 ans. Le mot « vacances » est dérivé de « saint jour », ou jour de la fête d’un saint dans le calendrier chrétien, et les jours de fête étaient une partie importante de la vie médiévale. Ils pouvaient signifier des congés et étaient certainement une excuse pour faire la fête.

Et les jours saints étaient très fréquents. Pour vous donner une idée de leur fréquence, l’Église d’Angleterre célèbre actuellement neuf fêtes principales, trois jours saints principaux et 26 fêtes – sans compter les festivals et les fêtes mineures. En d’autres termes, cela n’est pas très différent des 28 jours de congé annuel auxquels ont droit les travailleurs à temps plein en France à l’heure actuelle. Bien sûr, vous n’aviez pas nécessairement du temps libre tous ces jours (et il n’y avait pas de concept de week-end, seulement le dimanche comme jour de repos) mais ce n’était certainement pas une période de travail dur ininterrompu.

Il existait même le concept de vacances, mais les gens ne l’envisageaient pas en ces termes. Tout comme les jours saints étaient des fêtes religieuses, l’option de quitter sa maison pour s’amuser à découvrir le monde se faisait sur la base d’un pèlerinage. Cela pouvait se faire en Angleterre, à Walsingham (où les femmes se rendaient pour prier pour la fertilité) ou à Canterbury, ou à l’étranger, vers des destinations telles que Rome ou Jérusalem. La participation à un pèlerinage était considérée comme une démonstration de piété, mais elle n’était certainement pas réservée aux pieux. Les célèbres Contes de Canterbury de Chaucer racontent l’histoire d’un groupe de pèlerins se rendant à Canterbury, et si certains d’entre eux sont motivés par un fort sentiment religieux, d’autres veulent simplement avoir la chance de rencontrer de nouvelles personnes, de passer du temps loin de chez eux, de voir un peu plus du monde et de s’amuser – un peu comme les gens qui partent en vacances aujourd’hui.

2. Le 18e siècle : Le Grand Tour

À partir du milieu du 17e siècle, après la restauration de la monarchie mais avec un pic au 18e siècle, le Grand Tour était une sorte d’année sabbatique sophistiquée pour les jeunes hommes de la classe supérieure en Grande-Bretagne, et adopté par certains Américains également. Il consistait en un tour d’Europe, accompagné d’un guide appelé Cicerone, généralement de la France, à l’Italie, à l’Allemagne, puis au retour (bien que quelques voyageurs plus aventureux soient allés en Grèce, et même dans quelques rares cas jusqu’en Turquie). Il durait généralement quelques mois, mais certains voyageurs y sont allés pendant plusieurs années.

Florence était une destination incontournable pour le grand touriste branché.

Florence est une destination incontournable pour le grand touriste branché.

C’est l’époque des Lumières, où l’on commence à croire que la connaissance découle davantage de l’expérience personnelle. Ainsi, voir une photo du Colisée dans un livre n’apporte pas le même degré de compréhension que de le voir en personne et de se faire sa propre impression. Cela peut sembler évident, car ces croyances sont toujours d’actualité, mais avant le Siècle des Lumières, on pensait que lire quelque chose d’une source bien informée était une bien meilleure éducation que d’essayer de comprendre les mêmes choses par soi-même.

Le Grand Tour était un élément important de cette croyance. Les jeunes hommes partaient en Grand Tour après avoir obtenu leur diplôme à Oxford ou Cambridge, et ce voyage était considéré comme une extension de leur éducation. Ils visitaient des sites historiques, des œuvres d’art et d’architecture, mettaient en pratique leurs connaissances linguistiques, se socialisaient dans la haute société européenne, suivaient la mode continentale, prenaient des cours de danse ou d’escrime, et collectionnaient un grand nombre de souvenirs qu’ils pouvaient ensuite utiliser pour montrer à quel point ils étaient cultivés.

D’une certaine manière, les principes du Grand Tour sont toujours d’actualité : ce que nous faisons en tant que touristes (visiter des musées, acheter des souvenirs, pratiquer nos compétences linguistiques et essayer de nous imprégner de la culture locale) est fortement influencé par les objectifs du Grand Tour. Si vous pensez qu’une expérience complète de la culture européenne nécessite d’avoir visité Paris, Rome et Venise, alors vous êtes peut-être chez vous au 18e siècle.

3. Le 19e siècle : J’aime être au bord de la mer

La tradition du Grand Tour s’est éteinte au début du 19e siècle. Il n’était plus réservé aux personnes très riches (et n’était donc plus un symbole de statut social aussi efficace), car il était devenu plus facile, moins cher et plus sûr. Les jeunes femmes et les jeunes hommes ont commencé à s’y adonner. Il y a encore beaucoup de gens qui font le Grand Tour, mais les implications ont disparu ; il a perdu son cachet social. Et tout cela est dû à une seule et unique raison : l’arrivée de la vapeur. Une excursion d’une journée au bord de la mer était ce qui se rapprochait le plus des vacances pour beaucoup.

Si la vapeur – sous la forme de trains et de bateaux à vapeur – a ouvert l’Europe aux riches et non plus seulement aux très riches, en Grande-Bretagne, elle a ouvert les voyages à des groupes de personnes qui n’avaient jamais vraiment pu en profiter auparavant. Les travailleurs s’étaient de plus en plus déplacés vers les villes, où leurs horaires étaient dictés non pas par le cycle des saisons et les besoins d’une ferme, mais imposés par les directeurs d’usines. Cela signifiait une répartition structurée des congés, qui, associée à des voyages nettement moins chers, a conduit à la création de ce qui est devenu les vacances traditionnelles au bord de la mer. La loi sur les jours fériés de 1871, qui prévoyait des jours de congé légaux à l’échelle nationale, a encore facilité les choses. Les personnes les plus riches partaient en vacances pendant une semaine et séjournaient à l’hôtel, mais un ticket journalier pour le bord de mer était abordable pour la majorité des gens.

La croyance de l’époque selon laquelle l’air marin était bon pour la santé a incité de nombreuses personnes à se rendre au bord de la mer pour leurs vacances. En outre, les facteurs qui attiraient les gens vers les vacances à la plage étaient sensiblement les mêmes qu’aujourd’hui : la possibilité de pagayer ou de nager dans la mer, de faire des châteaux de sable sur la plage, de rencontrer de nouvelles personnes, de voir des spectacles et de changer de décor. Certaines personnes se rendaient dans des endroits plus calmes et pratiquaient des loisirs comme la peinture ; d’autres se rendaient dans des stations balnéaires populaires comme Blackpool, Scarborough et Southend, où toute une industrie du divertissement s’est développée pour répondre aux besoins des touristes.

4. Le 20e siècle : Des voyages internationaux à petit prix

Les vacances en bord de mer en France ont commencé à tomber en désuétude au milieu du 20e siècle, les voyages internationaux devenant de plus en plus abordables pour la même catégorie de personnes que celles à qui le chemin de fer avait ouvert des possibilités de voyage un siècle plus tôt. Dans les années 1960, les voyages en avion étaient encore beaucoup plus chers qu’à partir des années 1990, lorsque la déréglementation du marché du transport aérien a permis aux compagnies aériennes à bas prix de réduire considérablement leurs coûts, mais ils étaient beaucoup plus abordables que les voyages internationaux ne l’avaient été auparavant. Les voyages glamour à l’étranger avec un budget limité ont fait perdre leur attrait aux côtes.

Les agences de voyage sont apparues à l’époque victorienne, permettant aux touristes de réserver des vacances tout compris ou des forfaits pour un coût fixe et sans avoir à planifier leur propre itinéraire ou à choisir leurs propres hôtels. Elles ont pris leur essor au XXe siècle, où elles ont pu utiliser les économies d’échelle pour réduire considérablement les coûts des voyages en avion et des séjours à l’hôtel. Et ce n’est pas seulement le coût des vacances internationales qui a été réduit ; les gens ordinaires ont pu profiter d’un revenu disponible plus important que jamais. Outre les vacances internationales en avion, les croisières étaient également populaires.

D’une certaine manière, les voyages internationaux du XXe siècle ressemblent beaucoup à une version condensée du Grand Tour. Prendre le soleil sur une plage ne faisait pas officiellement partie du Grand Tour, mais les autres aspects du tourisme de masse du 20e siècle en faisaient partie – voir les curiosités, absorber la culture, etc. Les destinations préférées des touristes au XXe siècle n’étaient pas si différentes de celles du XVIIIe siècle ; Paris et Rome ont conservé leur popularité.

Dans le même temps, les vacances à la plage du XIXe siècle ont été transplantées en dehors de la France, dans des pays où le climat était bien meilleur. D’un point de vue pratique, un pourcentage beaucoup plus important de la population savait nager, et il fallait donc tenir compte d’un temps suffisamment clément pour se baigner dans la mer (plutôt que de se contenter de pagayer), ce qui impliquait de voyager dans des endroits où la météo était plus fiable. Le bronzage est également devenu à la mode au XXe siècle, alors qu’auparavant, la pâleur était considérée comme plus attrayante. La plupart des normes de voyage du 20e siècle sont toujours d’actualité, mais il existe aussi de nouvelles tendances…

5. Le 21e siècle : Nostalgie et vacances à domicile

Il est difficile de prévoir la prochaine grande tendance en matière de voyages. Après tout, le thème principal du voyage au XXe siècle – les voyages internationaux de masse – n’a pas vraiment décollé avant le milieu du siècle. Il faudra donc peut-être attendre 2050 pour que les vacances du XXIe siècle se concrétisent. Il se peut que le travail de SpaceX, et dans une moindre mesure de Virgin Galactic et Blue Origin, soit couronné de succès et qu’en 2050, des voyageurs plus aventureux prennent des pauses pour explorer la surface de la Lune, et qu’en 2080, ils s’immergent dans la culture unique de la colonie martienne. Croisons les doigts !

Il y a quelque chose de délicieusement nostalgique dans les grandes vacances d’été. Les grandes vacances d’été ont quelque chose de délicieusement nostalgique.

Mais certaines tendances, notamment en France, sont déjà perceptibles dès les premières années du XXIe siècle. Une personne disposant d’un revenu typique de la classe moyenne en France peut désormais se permettre de voyager dans le monde entier, et le choix de se rendre à Bali, au Mexique ou en Croatie peut être dicté non pas par le coût, mais – par exemple – par le fait que vous aimez manger des plats épicés. Le voyage n’est plus le symbole de statut social qu’il était autrefois.

Les vacances nostalgiques et les « staycations » constituent une évolution culturelle. Les « staycations » consistent à passer des vacances à la maison. Cela peut être défini comme « en France  » ou littéralement dans votre ville natale, en visitant les attractions locales plutôt qu’en allant dans un nouvel endroit (en partant du principe que vous avez fait la plupart des étapes du Grand Tour, mais que vous n’avez peut-être jamais visité votre musée local).

Cela rejoint les vacances nostalgiques, où les gens prennent le type de vacances que leurs grands-parents ont pu faire. Les vacances nostalgiques peuvent consister à voyager sur des bateaux de canal ou des trains à vapeur, ou à recréer les vacances traditionnelles au bord de la mer, avec un certain plaisir ironique. Certaines entreprises proposent même des vacances sur le thème d’une décennie particulière. Cela signifie généralement les années 1940 ou 1960, plutôt que de pouvoir partir en pèlerinage dans les années 1380 – mais donnez-lui du temps. Peut-être qu’un jour, cela aussi sera populaire.